Collioure

Rien de plus facile que de prendre le train pour Collioure et de se retrouver au cœur de ce pittoresque port catalan, merveille de la Côte Vermeille. Il n'y a pas de liaison ferroviaire directe entre Paris et Collioure, dans les Pyrénées-Orientales. Pour arriver en train, le plus simple est de prendre un TGV de la gare Paris-Gare-de-Lyon jusqu’à Perpignan, puis une correspondance TER de Perpignan à Collioure. Le trajet dure entre 6 heures et 7 heures 30. La gare de Collioure est située sur la ligne de Narbonne à Port-Bou.

Visiter Perpignan

En arrivant en train à Collioure, les visiteurs ne sont qu'à 5 minutes à pied du bord de mer. De la gare, il leur suffit de rejoindre en contrebas la pittoresque plage de galets, les barques colorées et les terrasses des cafés. Arrivé au bord de l'eau, la vue sur l’anse de Collioure vaut toutes les cartes postales. On peut en profiter pour déguster les spécialités culinaires : recettes catalanes de poissons et produits de la mer, plancha ou une simple anchoïade, incontournable à Collioure. Chaque mercredi et dimanche matin, le marché de la place du Maréchal Leclerc permet de flâner à la recherche des produits locaux et des plus beaux fruits et légumes, gorgés de soleil. La station balnéaire se visite également pour son riche patrimoine. Les impressionnants remparts du Château Royal et la majestueuse église Notre-Dame-des-Anges témoignent de l'histoire du port catalan.


Pour les amateurs de fauvisme, Collioure est également un musée à ciel ouvert. Les visiteurs peuvent suivre un parcours fléché à travers la ville, qui les guide sur les pas de Henri Matisse et André Derain. Pendant 1h30 de balade, du port au sommet de Collioure à travers les ruelles fleuries, on retrouve les endroits où les peintres ont réalisé leurs œuvres. L'occasion est idéale pour comprendre le travail des deux maîtres, tout en profitant de perspectives magnifiques sur Collioure et ses alentours. Les amateurs de points de vue époustouflants peuvent également pousser leur exploration de 30 minutes supplémentaires, jusqu’au fort Saint-Elme édifié sous Charles Quint.