Dijon

Sautez illico dans un train pour Dijon si l'unique chose qui vous monte aux naseaux, lorsqu’on évoque la capitale bourguignonne, c’est sa moutarde ! La cité des Ducs a bien d’autres charmes gastronomiques, historiques et naturels à offrir ! À 1h30 en TGV de Paris et Lyon, ou 2h15 de Nancy, entre vignobles et vieilles pierres, Epicure et culture s'embrassent.

Visiter Dijon

La gare de Dijon-Ville est à l’ouest du centre, à 10 minutes à pieds. En chemin, on croise deux édifices gothiques du XIIIe siècle : la cathédrale Saint-Bénigne (93 mètres tout de même) et légèrement au nord, l’église Notre-Dame, ses gargouilles et sa chouette sculptée sur un contrefort. Les passants la touchent, il parait qu’elle porte bonheur ! Rue de la Chouette, la Moutarderie Fallot conte la fabrication artisanale de son authentique moutarde de Dijon, et le caviste La Route des vins, celle des bons domaines d’ici et d’ailleurs.


En face de Notre-Dame, le palais des ducs de Bourgogne remonte au Moyen-Age. Modifié par les ducs au fil du temps, il présente différents styles architecturaux qui font voyager dans l’histoire et regroupe l’Hôtel de ville, le musée des Beaux-Arts et la tour Philippe le Bon, avec ses 316 marches et vues vertigineuses. La vieille ville fourmille d’églises. A côté du palais, celle de Saint-Michel illustre la transition entre le style gothique et Renaissance au XVIe siècle. A côté, la place de la Libération est entourée de bonnes tables, dont Le Pré aux Clercs, chic étoilé qui donne à la gastronomie bourguignonne ses lettres de noblesse.


De la place de la Libération, le quartier commerçant s’étend au sud-ouest rues Bossuet, du Bourg et de l'Amiral Roussin. Pour savourer Dijon, on s’arrêtera chez Mulot et Petitjean, acheter du pain d’épice. La gourmandise conduit aussi au nord de la gare, aux Halles. En chemin, on croise le romantique jardin Darcy, avec ses fontaines et chutes d’eau. A 10 minutes de marche au nord-est, les allées parfumées des halles centrales font la fête au terroir. Autour s’éparpillent des puces et bistrots gastros comme l’inventif DZ’envies.


Depuis la gare, au sud, des paysages bucoliques se dessinent aux abords du jardin botanique de l'Arquebuse - poumon vert abritant des cygnes et 40 000 espèces végétales - et autour du canal de Bourgogne et de l’île aux Canards. En remontant au nord-est, une tournée des bars s’improvise rue Berbisey, à commencer par une dégustation de vins à l’Age de Raisin. En chemin on s’attarde dans le musée de la Vie Bourguignonne et l’éco-quartier bobo de Montmuzard, avant un dernier verre sur fond d’électro à La Vapeur.